3ème plan de rigueur ?

Les prévisions de la France sont jugées trop optimistes par la qui demande à la France de mettre en place un 3ème plan de rigueur pour dégager 10 milliards d’euros supplémentaires.

3ème plan de rigueur François , par précipitation ou négligence, n’avait pas jugé nécessaire de transmettre en temps utile à la Commission européenne ( voir  Combien coûte la Commission européenne ?) son dernier plan antidéficit, présenté le 7 novembre.

Résultat : 3 jours plus tard, depuis Bruxelles, le commissaire européen aux Affaires économiques, le Finlandais Olli Rehn, rend public un rapport où il paraît condamner le second plan de rigueur de Fillon. Avec, à la clef, ces prévisions pour la France : un de 5,3% en 2012, contre 4,5% selon les Français, et de 5% en 2013, contre les 3% autorisés par le traité de Maastricht.

Seul problème : comme l’a révélé au canard enchainé le porte-parole du commissaire européen le 14 novembre, « les chiffres avancés par Olli Rehn le 10 novembre ne tiennent pas compte des économies de 7 milliards en 2012 prévues par le deuxième plan de rigueur Fillon du 7 novembre ». Bravo la coordination européenne !

Ce pataquès Paris-Bruxelles est d’autant plus surprenant que, dans la semaine du 11 octobre, Matignon et Bercy avaient rencontré des émissaires de la Commission européenne venus, à Paris, discuter de leurs propres prévisions avec les hauts fonctionnaires français. Mieux : depuis le mois de septembre, tout plan d’ ajustement budgétaire envisagé par un Etat doit d’abord être soumis à Bruxelles.

Après examen par la Commission européenne, le 2ème plan de rigueur Fillon vaudra-t-il à la France des félicitations ? Même pas ! Le commissaire européen juge les économies annoncées beaucoup trop maigres. Car ce plan de rigueur repose sur une hypothèse de croissance en France de 1%, alors que, selon Bruxelles, elle ne dépassera pas 0,6%. Il devrait donc encore manquer 9 milliards d’euros en 2012 pour atteindre l’ objectif budgétaire annoncé par Fillon. Et quelques milliards de plus en 2013.

Conclusion implicite de Bruxelles : un 3ème plan de rigueur est inévitable à court terme. Le commissaire européen se retrouve donc en plein désaccord avec le ministre de l’ Economie, François Baroin. Le 8 novembre, au lendemain de la conférence de presse de François Fillon, ce dernier avait assuré : ce plan  » sera suffisant, même en cas de nouvelle dégradation de la conjoncture« .

De toute façon, le coup porté par Bruxelles est rude. Avec un 3ème plan de rigueur en préparation, au rythme d’un plan antidéficit tous les 3 mois, donne l’impression de courir après les évènements sans jamais les rattraper, et encore moins les contrôler.

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

3 Commentaires sur “3ème plan de rigueur ?”

  1. Gégé du 916 dit :

    Plan de rigueur pour qui ?

    Toujours les mêmes, les salariés, les petites gens, même le « RSA » obligé à travailler alors qu’il y a des chômeurs mais qui va leur fournir du travail ? Le personnel débordé des Pôle-Emploi… qui n’ont rien à proposer ? PSA qui veut licencier 5000 salariés ? nos chers banquiers qui s’y mettent ?

    Invraisemblable politique non, politique nettement aux seuls bénéfices du capitalisme.

    Mais quand les tous les peuples seront dans la misère noire comment ces capitalistes pourront-ils continuer de faire de l’argent ?

    Vive la révolution citoyenne !

  2. pepetoine dit :

    Plan de rigueur toujours pour les mêmes!Le courage de F. Fillon et de Sarkosy consisterait à réduire d’une manière drastique les dépenses de l’État en commençant par faire adopter une nouvelle constitution qui prévoit moins d’élus, moins de députés, moins de sénateurs et un allègement draconien des structures de l’État sans oublier de limiter les privilèges des D Elus, Députés, sénateurs, Hauts fonctionnaires, fonctionnaires régaliens ou territoriaux que F. Fillon a encore aggravé avec les journées de carence en cas de maladie! Pourquoi 4 jours pour les salariés du privé et 1 jour pour les fonctionnaires sachant que ceux de la territoriale sont et de loin les premiers utilisateurs des arrêts de travail ap l’assurance maladie

  3. Gégé du 916 dit :

    J’ai connu l’époque ou il y avait 120000 chômeurs en France (cent vingt mille) et ceux la on les traitait de paresseux. aurions-nous maintenant 3 millions de paresseux ? Et que dire des jeunes avec des Bacs + 5 voire +7 sans emploi employés comme manutentionnaires prenant ainsi le travail des non-diplomés. Quel gâchis. Le probloème n’est pas que l’Etat ne peut pas tout faire , il est que l’Etat n’est plus au service des concitoyens mais à celui-ci des capitalistes qui en veulent toujours plus.Heureusement qu’il y a ceux qui veulent une France plus sociale. Vive le Front de Gauche.