A qui profite la réforme de la taxe professionnelle ?

Odieusement attaqué pour de menus cadeaux prodigués aux riches durant son quinquennat, Nicolas avait jusque-là échappé à cette accusation: avoir pris aux communes et départements pauvres pour donner à leurs homologues fortunés.

Qui paye la réforme de la taxe professionnelleOr c’est justement l’un des effets de la réforme de la taxe professionnelle décidée en 2010 par Sarkozy. Mais personne ne s’en était aperçu !

Supprimée, la taxe professionnelle est en partie remplacée par la cotisation sur la valeur ajoutée des , qui doit être redistribuée entre les collectivités locales pour que celles-ci n’y perdent rien. Hélas, a constaté La Tribune ( 19/10), la redistribution s’effectue sur la base d’une donnée au calcul très complexe, le « potentiel fiscal ». Lequel intègre un impôt local parfaitement injuste, la taxe sur le bâti, votée par les collectivités: faible pour les riches collectivités, qui en ont moins besoin, élevée pour les nécessiteuses.

Exemple de résultat de cette usine à gaz, la Seine-Saint-Denis, département étranglé par le poids de ses prestations, va devoir cracher au bassinet. Comme le territoire de Beflort, les Côtes d’Armor, etc. En revanche, Paris, où végètent de misérables bobos, ainsi que les Hauts-de-Seine, vont récupérer plusieurs millions. Conclusion de La Tribune: avec la réforme de la taxe professionnelle « Bobigny va payer pour Neuilly », et « le maquis corse pour le 7ème arrondissement parisien« …

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

2 Commentaires sur “A qui profite la réforme de la taxe professionnelle ?”

  1. atila2 dit :

    Les apuvres au services des riches. Dans le précédent gouvernements, rien ne nous aura été épargné en matière de magouilles pour les riches.
    Bobigny qui paies pour Neuilly, ca donnes envie de rire……….

  2. cochise dit :

    Que les pauvres payent pour les riches n’est pas un scoop….c’est même comme cela que les riches deviennent riches.

    Une bonne raison pour les surtaxer, jusqu’à ce qu’ils admettent un revenu minimal décent pour tous les citoyens du pays.