Bilan économique de Sarkozy

Quel est le bilan économique de au terme de son quinquennat ?

bilan économique de sarkozyLe bilan économique de Sarkozy est clair : 196 milliards d’euros de recettes en moins en 2009 et 5 années de pertes de recettes non compensées. Les 23 points supplémentaires de dettes causés par Sarkozy proviennent à la fois de la hausse des publiques et de la baisse des recettes.

La baisse des recettes ( notamment par l’ allègement de la fiscalité) doit impérativement être compensée par une politique de réduction des dépenses publiques efficace, ce que n’a pas su faire Sarkozy !

Bilan économique de Sarkozy

– manque à gagner de 71 milliards d’euros pour les 6 principales crées par Sarkozy ( régimes des sociétés mères et filiales, régime d’intégration fiscale, niche , heures supplémentaires, TVA réduite dans la restauration, bouclier fiscal).

– 20 milliards d’euros de pertes de recettes en 2010 pour la baisse du baisse du taux de l’impôt sur les sociétés de 50 % à 34,6 %.

– intérêts payés aux détenteurs de la dette publique : 48 milliards d’euros en 2009.

– niches sociales : 42 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales en 2009

– baisse de l’impôt sur le revenu due à la diminution du nombre de tranches : 15 milliards

Au total, la politique économique de Sarkozy aura donc engendrée une perte de recettes de 196 milliards d’euros, non compensée par une réduction des dépenses publiques.

Nicolas Sarkozy aura tenu une partie de ses engagements concernant la baisse des impôts, mais ce bilan reste en demi-teinte car il s’accompagne de la multiplication de nouvelles taxes ( voir Toutes les taxes de Sarkozy ). De plus, pour que cette politique soit bénéfique à la France, il aurait fallu l’accompagner d’une forte politique de réduction de la dépense publique, ce qui n’a pas été le cas, bien au contraire.

Le bilan économique de Sarkozy n’est guère brillant: la politique économique menée par Sarkozy a été bien trop superficielle pour pouvoir espérer redresser les finances publiques françaises, dégradant ainsi fortement les finances de la France désormais sur le point de perdre son triple A.

source: filoche.net

Partagez:

Voir aussi

6 Commentaires sur “Bilan économique de Sarkozy”

  1. Dornach dit :

    En plus, il serait complices des banksters responsables de la crise !

    La crise un complot politico-financier : http://wp.me/p1WnGr-3X ?

  2. Attila2 dit :

    Une nullité a l’état pur, un incompétent, le plus mauvais « président » depuis l’homme de Cro Magnon installé a Lutèce. Un Guignol………

  3. martino dit :

    SVP avant de jeter la pierre sur NS ?pourrions nous avoir pour pouvoir comparer les détails des évolutions et problèmes pour sa part et aussi des précédents Présidents… Mitterrand,et Chirac .Avec cette liste nous pourrons voir qui a été le meilleur des trois si meilleur il y a.

  4. Gendre dit :

    Le contrairement à ce qui est dit ci dessus, ce n’est pas seulement parce que l’ensemble des contribuables n’est pas assez pressurisé que l’État ne boucle pas son budget en équilibre.
    La première chose qu’il doit faire c’est de réduire ses dépenses entre autres: diviser par deux le nombre des députés et, supprimer le sénat. Le cumul des mandat ne doit pas permettre le cumul des rémunérations (spécialité Française). Rendre au privé toutes les activités où l’État s’occupe de ce qui ne le regarde pas: Renaud , EDF, GDF hopitaux, télévision , etc …L’ État est toujours un mauvais gestionnaire, Comme me disait ma Grand-Mère : occupe-toi de ce qui te regarde, les vaches seront bien gardées …

  5. martino dit :

    NS est peut être mauvais gestionnaire ,mais que dire de nos élus maires régions etc..
    La dérive des dépenses des villes qui pourrait faire des économies sur nos dépenses communales qui représentent 130 milliards d’euros.(voir article ci-dessous)
    Avant de taper sur l’ambulance il faut regarder d’où vient l’accident.
    16/12/11 | source: Capital Actu, Dette publique, Économie, Gaspillages, Impôts, Impôts locaux | 0 commentaire
    Après les municipales de 2008, les présidents de communauté urbaine et d’agglomération se sont voté une hausse de 27,8% de leurs indemnités.
    dépenses des villes La dérive des dépenses des villes Les maires, eux, se sont contentés d’une hausse de 11,1% de leurs indemnités… Le « bloc communal », comme l’on dit en jargon administratif, dérape. En 10 ans, les communes, leurs regroupements et les syndicats mixtes ont connu une progression de 26% de leurs effectifs ( à 1,3 million d’agents), et un envol de leur masse salariale de 59%, à 36 milliards d’euros l’an dernier.
    « En restructurant cet ensemble où les doublons pullulent, on pourrait économiser jusqu’à 15 milliards d’euros par an« , estime René Dosière, le député chasseur de gaspillages, qui publiera « L’argent de l’ Etat, un député mène l’enquête » ( Seuil) ej janvier 2012. Cela revient à réaliser 11,5% d’ économies sur nos dépenses communales qui représentent 130 milliards d’euros.
    source: Capital

  6. JRB dit :

    Vous avez oublié un certain nombre d’économies: RGPP, non remplacement partiel des départs en retraite de fonctionnaires, gestion de l’Elysée , réforme hospitalière, judiciaire.

    Malheureusement il n’y a pas le choix pour les présidentielles. Les autres sont à des années lumières en terme de réduction de la dépense publique. Hollande ne l’évoque même pas