Comment Proglio augmente les tarifs EDF

Après le prix du gaz, qui a augmenté de 4,4% le 1er janvier, le prix du fioul de 20% en 1 an, le litre d’essence à 1,70 euros, c’est maintenant le prix de l’ électricité qui va augmenter.

Comment Proglio augmente les tarifs EDF Il faut prévoir une hausse de 30% du prix de l’ électricité d’ici à 2016, d’après le patron de Commission de régulation de l’ énergie ( CRE). Selon l’ Insee, pour un ménage moyen les dépenses d’énergie se sont accrues de 9,3% en 2011, soit largement 4 fois plus que le taux de l’inflation à 2,1%. Et c’est à Henri Proglio, patron d’ , que revient tout le mérite de cette explosion des prix d’ EDF.

Les travaux imposés par l’ Autorité de sûreté sur les centrales nucléaires, après l’accident de Fukushima, ont fait couler beaucoup d’encre. Tout comme la modernisation du réseau de distribution. Mais le magnifique cadeau arraché de haute lutte, l’année dernière, au gouvernement par Henri Proglio sur les prix de l’ électricité n’a pas été célébré. Surtout que ce coup de massue a été obtenu au nom d’une loi votée en 2010 pour assurer la concurrence dans le domaine de l’ électricité. Avec la belle ambition de faire baisser les prix… Une réussite.

Jusqu’à l’entrée en vigueur, en juillet dernier, de la loi Nome ( nouvelle organisation des marchés de l’ électricité), la concurrence entre EDF et les nouveaux fournisseurs d’ électricité ( Suez, Poweo, Direct Energie, etc.) n’était qu’une farce. Ces derniers achetaient en effet le courant sur le marché européen au prix de 50 euros le mégawattheure ( MWh). Tandis qu’avec ses 58 réacteurs EDF produisait son courant d’origine nucléaire à environ 31 euros. Conclusion : les nouveaux arrivants pouvaient toujours aller se faire voir.

Afin de rétablir un semblant de concurrence, la loi oblige désormais  EDF à vendre chaque année le quart de sa production aux opérateurs alternatifs, et à prix coûtant. Mais comment définir ce prix ? 42 euros exigeait Proglio. Au dessous cela « ressemblerait à du pillage », pleurnichait aussitôt le patron d’ EDF. La Commission de régulation, elle aussi, fait chauffer la calculette. A partir des éléments fournis par EDF – sans doute pas les plus favorables -, elle arrivait à une estimation de 37 euros.

C’était compter sans le lobbying de Proglio auprès de l’ , relayé par son vieil ami Jean-Louis Borloo. Le prix finalement retenu, contre l’avis du ministre de l’ Industrie Eric Besson, a été exactement conforme au souhait de Proglio : 42 euros le megawattheure. Un prix qui servira de base aux tarifs EDF facturés dans les prochaines années. Les analystes, eux, estiment que le résultat brut d’exploitation d’ EDF devrait s’en trouver gonflé de 2 milliards par an. Payés par les consommateurs. Et ce n’est peut-être pas fini. Proglio a déclaré au Monde : « Avant Fukushima, ‘avais dit que le coût de la production du mégawattheure serait de 46 euros en 2016. Après on sera entre 46 et 50 euros. »

Autre facteur sournois de hausse des tarifs EDF, cette petite taxe planquée dans les dernières lignes des factures envoyées aux particuliers et au nom barbare : la contribution au service public de l’ électricité ( CSPE). D’un montant de 4,5 euros par mégawattheure en 2009, elle a été multipliée par 2 en 2011 et devrait encore plus que doubler, pour atteindre 19 à 20 euros en 2016. A ce moment là, le prix coûtant sortant des centrales nucléaires – 46 euros selon la balance lourdement tarée par Proglio – sera majorée de moitié par la CSPE. Cette taxe pesait 1,6 milliard sur les factures des abonnées en 2009, et il est prévu qu’elle grimpera à 6,5 milliards en 2016.

Cette explosion s’explique par une « progression incontrôlée des charges liées au soutien aux énergies renouvelables« , selon la . La CSPE finance le tarif social de l’électricité – ce qui représente des broutilles – et subventionne la distribution dans les régions peu accessibles ( telles les îles) pour assurer une égalité des prix sur tout le territoire national. Mais elle sert surtout à racheter aux producteurs privés  l’électricité solaire et éolienne, hors de prix. Et la réglementation du tarif, censée empêcher, quelques années encore, de trop fortes hausses des tarifs de l’ électricité, n’a aucune prise sur cette taxe qui vient alourdir sévèrement le prix du kilowattheure réglementé. Tant que le consommateur ne pète pas les plombs…

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , , ,

7 Commentaires sur “Comment Proglio augmente les tarifs EDF”

  1. atila2 dit :

    Le prix du Kilowatt heure vas allegrement dépasser le prix du fuel si ca continue.
    Et dire que pendant des années on a construit des habitations en tout electrique.
    Et que dire quand on entends que le prix en France et le moins cher d’Europe alors que que EDF est subventionné par les impots des francais.
    C’est prendre les gens pour des cons.

    Tout est bon pour augmenter le prix de l’electricité, mème les mensonges les plus débiles.

    Quand au pétage de plomb des francais, ca risque pas d’arriver, peuple totalement endormi et en léthargie complète.

    • Menoud dit :

      bonjour à tous ,

      lorsqu’EDf prévoit d »augmenter ses prix c’est conforme aux analyse des écolos qui prétendent que le cout duc est sous évalué ; a force d’attaquer edf, ces derniers donnent des raisons d’augmentation au nom de la sincérité des comptes, le consommateur en fait les frais mais pas le contribuable qui voit les recettes de l’Etat augmenter , tva et dividendes , enfin , EDF a moins de mal à financer les escroqueries légales que sont les tarifs préférentiels aux pseudo-opérateurs privés , qui ne produisent rien, sinon des profits ! et ces aides aux renouvelables , énergies non fiables , non réactives en cas de demande urgente , , plus de 95% de variabilité pour l’éolien cf , éolien espagnol en juillet 2005.

      EDF a un intérêt à augmenter ses tarifs : 25% sont bradés aux spéculateurs du privés .nous n’avons aucun intérêt à soutenir cette concurrence bidon .

  2. Cochise_fr dit :

    Bonjour,
    C’est compter sans les deux escroqueries majeures dont plus personne ne parle:
    – l’obligation qu’a EDF de vendre à très bas prix 25% de son électricité nucléaire pour que des entreprises privées et des actionnaires privés fassent des profits privés en lieu et place d’EDF…..qui fera logiquement payer le manque à gagner aux consommateurs.
    – l’escroquerie qui oblige EDF a racheter à prix très élevé le courant des énergies renouvelables faisant ainsi payer par les consommateurs d’EDF les investissements privés de ceux qui produisent ce courant dont EDF n’a aucun besoin.

    Si quelqu’un a le cout de ces deux mesures.?

  3. chris dit :

    Bsr,

    EDF comme France TélécoN deux gros tyrannosaures se gavant sur notre dos.

    En + à la solde de nos gouvernants.

    Du racket en puissance!
    @+

  4. ange dit :

    Actionnaires ne vous inquiétez pas, les conseils d’administrations (CA) veillent sur vos intérêts.
    PDG Directeurs, actionnaires, membres des CA, hommes politiques, hauts fonctionnaires tradders hommes financiers… etc occupent plusieurs de ces postes et en changent de temps en temps leur objectif gagner le maximum de fric. Ou est le bon vieux temps ou l’accès à l’électricité était de l’ordre de l’intérêt général (IG)??? Aujourd’hui l’IG : c’est l’indécence de certains dans un monde bien trouble en droit et en fiscalité.le calcul est simple en augmentant l’électricité, il augmente ses revenus et le revenu de ses amis.

  5. CHER dit :

    il semblerait que dans le tarif EDF l’entreprise prelève pour subventionner le Comité d’entreprise un taux important sur le chiffre d’affaires et non sur le montant de la masse salariale…comme c’est le cas dans les autres C.E. Alors il serait temps de revenir au taux legal calculé sur la masse salariale et non sur le Chiffre d’affaires…

  6. Dumiint dit :

    Exact,

    il nous faut un leader pour changer tout ça.
    Qui le sera, personne le sait.

    Soyons le tous,
    soyons solidaire et ne payons plus nos factures par exemple on vera si l’état n’a pas plus besoin de nous que l’on a besoin de lui.