Comment réduire la dépense publique ?

Aucun des candidats aux élections présidentielles ne propose de véritable politique de réduction de la dépense publique.

Comment réduire la dépense publique ?François propose dans son programme une baisse annuelle de près de 2% de la dépense publique, et François table sur une hausse de la dépense publique limitée à 1% par an. L’ UMP propose une hausse de la dépense publique limitée à 0,4% par an au cours du prochain quinquennat

Mais comment ces candidats arriveront-ils à tenir leurs engagements de réduction de la dépense publique ? La Cour des comptes reste sceptique et insiste sur l’importance de rigueur dans la gestion des crédits publics.

Jusqu’à maintenant, seule l’ Allemagne a réussi à réduire ses dépenses publiques, en proportion du PIB, sans croissance économique.Pour parvenir à cette baisse de la dépense publique, l’ Allemagne a été obligée de réformer son modèle social, ce que n’a pas fait .

Le programme économique de Bayrou table sur une stabilisation de la dépense publique pendant les 2 premières années, ce qui équivaut à une diminution de 2% par an en déduisant l’inflation. Mais comment Bayrou réussira-t-il à tenir ses engagements de réduction de la dépense publique ?

La protection sociale représente 41,5% du total de la dépense publique en France, les dépenses de santé représentent 14,8% et l’éducation 11%.

La dépense publique émane beaucoup plus de la et des collectivités locales que du budget de l’Etat, le seul à même de contrôler vraiment son niveau de crédits. Or, les crédits de l’Etat, c’est seulement 300 milliards d’euros sur un total de dépenses publiques de 1.090 milliards….

Ces prestations sociales correspondent pour beaucoup à des systèmes d’assurance ( maladie, vieillesse…), qui dans d’autres pays sont tout aussi élevées, mais assurées par des organismes privés: à ce titre, elles ne sont donc pas comptabilisées dans la dépense publique, ce qui explique l’importance de la dépense publique en France.

Aucun programme des candidats ne semble réalisable. En 1997, le Premier ministre Alain Juppé avait affiché l’un des budgets les plus rigoureux jamais présentés pour maîtriser l’ensemble des crédits, et la dépense publique avait tout de même augmenté de 1,6%.

Pour réduire la dépense publique de 2% par an comme le propose Bayrou, il faudrait prendre des mesures drastiques, comme par exemple baisser de 10% par an les salaires des fonctionnaires. Ou alors, il faudrait remettre en cause le caractère entièrement public de l’assurance maladie, qui serait réservée aux plus pauvres ou aux personnes âgées, selon le modèle américain.

Pour réduire la dépense publique, la France a besoin de réformer son modèle social.

source: latribune.fr

Partagez:

Voir aussi

4 Commentaires sur “Comment réduire la dépense publique ?”

  1. Satelmarc dit :

    Voilà les bonnes pistes à suivre :
    – En étant plus vigilants sur les prix des médicaments dans notre pays, par rapport aux pays voisins. (écarts relevés de 1 à 10 parfois)
    – Mettre à niveau tous les régimes de retraites (publics et privés)
    – Mettre au même niveau les 4 jours de carence pour les arrêts de travail
    – Donner des allocations familiales dès le 1er enfant mais à ceux qui en ont réellement besoin et plafonner à 4 enfants (comme en Tunisie)
    – Continuer la chasse aux fraudeurs (prestations sociales et arrêts de travail)
    – Mettre fin au monopole du système des caisses maladies et du RSI, et laisser la liberté aux Français de s’assurer dans les compagnies d’assurances privées.
    – Réduire d’un tiers le nombre d’élus en France (dont suppression du Sénat)
    – Réduire de 12 % les traitements et indemnités de tous les hauts fonctionnaires et élus cumulards.
    – Les frais de mandats de tous les parlementaires (IRFM), élus et ministères remboursés sur justificatifs.
    – Suppression de tous les organismes inutiles ou d’utilité non prioritaire (conseils économiques et sociaux)
    – Instaurer les référendums pour toutes décisions impliquant une hausse de la fiscalité des concitoyens
    – Supprimer toutes les subventions aux organismes qui fonctionnent avec des adhérents (syndicats, partis politiques, associations diverses, etc—)
    – Privatiser toutes les chaines de TV publiques et en premier LCP et Pub Sénat qui coutent + de 32 millions par an et n’intéresse quasiment personne.
    – Réduire d’un tiers le budget et le nombre d’employés du « palais royal »
    – Supprimer toutes les cuisines des ministères et centraliser le tout à un seul endroit. (comme en Suède par exemple)
    Voilà un petit aperçu, et en cherchant bien, nous pourrons encore en trouver quelques dizaines – – – –

  2. Gnommy dit :

    La question n’est pas de comment ‘ réduire ‘ la dépense publique, la question est comment ‘ financer ‘ la dépense publique…

    Je vous explique rapidement, la France est une entreprise comme les autres, ainsi que tous les candidats ( ou presque ) vous ‘ incite ‘ à le penser, mais ce que tous les candidats ( ou presque ) vous cache, c’est le Chiffre d’Affaire de la France…

    Comment se fait-il que l’ensemble des richesses créées par la France ne cotisent qu’à hauteur de 12,9 % ?

    Vous ne le croyez pas ?
    Voici pourtant la preuve :

    Création de richesse en 2009 ( source OCDE ) 2 100 000 000 000 Euros ( 2 100 Milliards d’Euros )
    Montant des recettes fiscales pour l’année 2009 ( source la feuille ‘ explicative ‘ jointe à votre déclaration d’impôts ) 271,8 Milliards d’Euros…

    Vous aimeriez n’être ‘ imposé ‘ ( impôts sur les revenus et l’ensemble des taxes telles la TVA, la TIPP, et autres incongruités à la Française… ) qu’à 12,9 %, comme tout un chacun…

    Malheureusement, nous payons tous beaucoup plus pour qu’une partie de l’économie en soit quasiment exempte.

    Un exemple très récent, histoire de pouvoir se faire une idée :
    Total, durant près d’une décennie, n’a pas payé d’impôts en France, parce qu’une ‘ niche fiscale ‘ nommée consolidation des bénéfices mondiaux ‘, niche ‘ offerte ‘ alors par un certain ministre des finances devenu ensuite ministre de l’intérieur, puis Président de la république démagocratique Française lui a permis d’être TOTALement exempté…

    Donc, Total, qui n’a pas payé un cent d’impôts durant 10 ans, voyant que ses bénéfices affichés étaient pour le moins ‘ indécents ‘, à finalement ‘ accepté ‘ de payer des impôts en France.

    Mais même là, même lorsqu’il se pose en ‘ repenti ‘ fiscal, après avoir annoncé tout de même quelques 11 Milliards de bénéfices, après nous avoir ‘ annoncé ‘ l’an dernier, à peu près à la même date que le litre de carburant ‘ atteindrait ‘ 2 Euros avant la fin 2011 sans que personne ne s’en offusque, il vient nous annoncer que Total allait payer 1,2 Milliards d’impôts en France sur l’exercice 2011…
    La belle affaire, un peu plus de 11 % ?
    Vous apprendrez que les PME/PMI Françaises sont imposée à hauteur de 41% sur leurs BIC…
    Vous pourriez vous dire que c’est un ‘ début ‘, que c’est déjà quelque chose, mais qu’est-ce en réalité ?
    Total ne va payer ‘ que ‘ 300 millions d’Euros d’impôts sur les bénéfices industriels et commerciaux… Soit 2,4 %…
    Vous voulez continuer à vous laisser spolier de vos acquits et biens sociaux par la finance, la banque et l’industrie ?
    Non ?
    Si vous cherchez quel candidat à déjà un programme, et non une valse d’hésitations et de promesses’ molles ‘, cherchez du côté du Front de Gauche, vous serez sur la bonne voie…

  3. Satelmarc dit :

    Depuis 30 ans comme vous dites, la France a eu une politique communautariste quelques soient les gouvernements. On le voit encore actuellement.
    Si l’IS en FRANCE était plus bas, nombre de grandes sociétés n’auraient pas besoin d’avoir leurs sièges à l’étranger, ou des filiales offshore aux quatre coins de la planète.
    Dans notre pays, nous avons toujours mis en priorité, les moyens de recevoir plus. Plus de taxes, d’impôts, de contributions, mais aussi plus de charges sociales.
    Résultat : 450000 Français à l’étranger dont 450000 en Suisse, toutes les grandes multinationales et les banques ont leurs filiales étrangères offshore qui permet d’absorber une grande partie de la marge nette et de diminuer les bénéfices.
    Si vous pensez que là est la bonne solution, alors on peut se demander pourquoi des pays comme Hong kong, Dubaï et Panama City, sont devenues de telles puissances économiques ? – – –

    • Gnommy dit :

      @ Satelmarc :
      Ah oui tout de même, quel beau gloubiboulga d’idioties, confondre ainsi puissances économiques et revenus fiscaux pour le bien-être de leurs citoyens relève soit de l’aveuglement, soit du prosélytisme néo-libéral…
      Après relecture de vos 2 commentaires, il s’avère juste que vous mélangez tout…
      Comparez donc la ‘ position ‘ de la France avec toutes les puissances économiques que vous citez, vous verrez que la France est la 5 ème puissance économique mondiale, cela vous permettra de ‘ relativiser ‘ ce que vous pouvez croire à propos des ‘ politiques ‘ fiscales dignes des paradis que sont censé être les ‘ puissances économiques ‘ que vous citez.