Coût du train de vie de l’ Etat

Depuis le début de son quinquennat, n’a cessé de promettre un « usage irréprochable de l’argent public » et une « lutte contre les gaspillages à tous les niveaux de l’administration« .

Train de vie de l' EtatAutres armes principales de Sarkozy pour la réduction du train de vie de l’ Etat : la « révision générale des politiques publiques » ( RGPP), le « non-remplacement d’ 1 fonctionnaire sur 2 » et des dépenses ministérielles réduites à l’ essentiel. Un « impératif moral« , scandait Sarkozy.

Patatras ! Des rapports parlementaires ou de la Cour des comptes viennent de tirer un bilan misérable de ces velléités vertueuses. Elles n’ont pas rapporté grand-chose.

Bilan du RGPP, la fameuse révision générale des politiques publiques, censée révolutionner la gestion des finances publiques et des ressources humaines :

Le député PS du Rhône Pierre-Alain Muet s’ apprête à remettre ses conclusions sur le sujet. Il rappelle que l’application de la RGPP devait entraîner 7 milliards d’ économies entre 2009 et 2011, jusqu’ à atteindre 15 milliards en 2013.  » La réalité de ces économies reste évidemment à prouver« , ose l’insolent. Mieux : il constate, exemples à l’appui, « le peu d’efficacité de ces mesures sur la maîtrise de la dette et du « .

A l’ issue de la législature, le fameux « non-remplacement d’ 1 départ à la retraite sur 2 » allait permettre de réduire de 150 000 ( sur un effectif total de 2,4 millions) le nombre de de l’ Etat.

Dans les conclusions de leur mission d’évaluation et de contrôle, les Olivier Carré ( UMP) et David Habib ( PS) écrivent le 12 octobre, que cette politique « semble atteindre ses limites, que ce soit en termes de faisabilité, de soutenabilité ( sic) pour la qualité du service et pour les conditions de travail, mais également en ce qui concerne l’efficacité budgétaire« .

Déjà, l’an passé, la Cour des comptes précisait que les « économies résultant du non-remplacement d’ 1 départ à la retraite sur 2 dans la fonction publique d’ Etat pendant 8 ans« , étaient exactement du même montant que le coût annuel de la baisse de la TVA sur la restauration.

Le projet « Chorus »

Le projet « Chorus » est censé à la fois homogénéiser la comptabilité de l’ Etat et rationaliser sa gestion. En un mot: faire des économies. Après de sévères ratés à l’allumage, ce « progiciel » est désormais « opérationnel » dans presque toutes les administrations. Coût initial prévu : 1,1 milliard d’euros pour un retour sur investissement de 866 millions et un gain annuel récurrent de 465 millions. Bien loin du compte, a calculé le député Pierre-Alain Muet :  » Entre le début et la fin de la législature, l’estimation du coût budgétaire a quasiment doublé« . Un surcoût annuel auquel s’ajoutent des « problèmes de lenteur du système informatique« .

La réduction du train de vie de l’ Etat a encore une sérieuse marge de progression…

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

1 Commentaire sur “Coût du train de vie de l’ Etat”

  1. Daniel Faivre dit :

    ce Gouvernement qui a ruiné la france une bande de voyous une mafia