Déficit de la Sécu 2012

Comment le gouvernement compte-il financer le trou de la Sécu ? La 1ère mouture du projet de loi de financement de la Sécu aurait dû être prête à la fin de la semaine prochaine, en prévision de son adoption définitive par le Conseil des ministres du 10 octobre.

Déficit de la Sécu 2012Mais les 2 rapporteurs de ce texte à l’ Assemblée et au Sénat n’ont toujours pas été reçus par Marisol Touraine et Jérôme . D’où un sentiment de léger flottement ressenti par ces honorables parlementaires.

Les raisons de se hâter avec lenteur ne manquent pas. Primo, la boule de cristal de Bercy se fait prier pour confirmer le 0,8% de croissance annoncé par . Celle-ci oscillerait plutôt entre 0,1% et 0,6%. Ce qui représente quand même une différence de 2,5 à 4 milliards d’euros pour le déficit envisagé. Secundo, le gouvernement attend le résultat des intenses cogitations censées l’éclairer sur les moyens de trouver plein d’argent sans tuer les cotisants.

Le Haut Conseil du financement de la protection sociale, un machin créé par , ne pondra son rapport que le 29 septembre. Louis Gallois, chargé de gamberger sur le même sujet, ne rendra ses oracle que courant octobre.

En attendant un remède de cheval, dont l’administration est remise à 2013, l’idée est de faire de la médecine douce. Plus question d’une augmentation généralisée de la CSG: l’ Elysée n’en veut pas pour l’instant. Quelques alourdissements  ponctuels sont toutefois dans les tuyaux pour les revenus dits « de remplacement » ( chômage, arrêts maladie, retraite, etc.).

Une autre astuce, un chouia vicelarde, est étudiée à Bercy. Elle consisterait à augmenter la part de CSG non déductible de l’ impôt sur le revenu, ce qui rendrait la douloureuse moins visible. Un zest de fiscalité écolo viendrait s’ajouter au menu, plus quelques recettes occasionnelles, comme une taxe sur les bénéfices des fabricants de cigarettes.

Côté économies, le gouvernement évalue à entre 2 à 3 milliards l’économie possible sur les médicaments. Sans oublier un petit gisement de 3 milliards que pourrait rapporter la cession d’une partie du patrimoine immobilier des hôpitaux. Au total, selon un ancien patron de la Sécu, l’année 2012, très marquée par la gestion Sarkozy, devrait se solder par un déficit d’une quinzaine de milliards d’euros ( toutes branches confondues). Et, modestie oblige, Hollande se satisferait, l’an prochain, d’un premier pas vers le redressement: un trou d’une douzaine de milliards. Un déficit normal ?

source: le canard enchainé

 

Partagez:

Voir aussi

1 Commentaire sur “Déficit de la Sécu 2012”

  1. Gnommy dit :

    Déficit de la sécu ?

    Sans rire ?

    Vous n’en avez pas marre de reprendre inlassablement les inepties et les stupidités du néolibéralisme qui vous coûterait la peau des glinches si vous deviez être ‘ assurés ‘ pour vos soins médicaux dans le privé ?

    La sécu doit faire quoi ?
    Soigner.

    Les besoins vont-ils croître ?
    Inéluctablement :

    Accroissement de la population,
    vieillissement de la population,
    hausses des coûts des soins.

    Et vous en êtes encore à nous rabâcher les inepties du néolibéralisme voulant ‘ réduire ‘ les couts ?

    Et si vous pensiez à les financer ?
    Et comment les financer, ces besoins ?

    Et ne venez pas nous parler des minorités habituellement amalgamées et stigmatisées pour le prosélytisme néolibéral qui ne fera au final que réduire vos accès aux soins, tout en augmentant les coûts…

    Cela vous évitera de vous vautrer dans la digression.

    Il y avait un moment que je n’étais plus venu sur ce site,
    et il semble que la ‘ ligne éditoriale ‘ ait bien changé,
    en peu de temps.

    On va vous faire de la pub,
    dès qu’on aura trouvé quels intérêts vous servez.