Financement de la campagne de Le Pen

Vieux grognard fidèle à l’ auguste Jean-Marie , conseiller régional de la Haute-Normandie, le trésorier de Marine Le Pen, Jean-Michel Dubois, est un petit patron qui a gagné son bifteck en achetant une boîte d’électronique avant de la revendre.

Financement de la campagne de Le PenLui se présente autrement : « Je suis magistrat« , plastronne Dubois. Ce proche de Jany Le Pen, qui rendait visite avec elle à l’ami Saddam Hussein en Irak, a en effet siégé comme élu au tribunal de commerce de Bobigny. C’est dire si l’argent du FN est garanti propre. Sauf que, de l’argent, il n’y en a quasiment pas: faute d’avoir obtenu assez tôt ses parrainages, Marine Le Pen n’a toujours pas décroché les 4 millions d’euros de prêt qu’elle demande aux banques. « Et la chasse aux parrainages nous a coûté affreusement cher. Il faut bien défrayer les bénévoles qui vont voir les maires », sanglote le trésorier du FN.

Heureusement, le FN peut compter sur son trésor de guerre: l’argent de la Cotelec, le microparti sur lequel Jean-marie Le Pen a gardé la haute main. Et qui reçoit l’argent de mécènes. Pour ne pas être en reste, Marine a aussi créé, en janvier 2011, son microparti. Elle l’a appelé « Jeanne ». A eux deux, Jeanne et surtout la Cotelec ont mis quelque 1,5 million d’euros au pot de la campagne. Un chiffre que le trésorier du FN « ne confirme pas », sans l’infirmer non plus : «  Ce n’est pas de la langue de bois, s’excuse finement Jean-Michel Dubois, c’est de la langue Dubois ! ».

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes :

Les commentaires sont fermés.