Financement de la campagne de Mélenchon

Pour le financement de sa campagne présidentielle, Mélenchon a choisi un proche de longue date: Marie-Pierre Oprandi, son ancienne assistante parlementaire au Sénat, et élue à Massy.

Financement de la campagne de Mélenchon« Il faut une relation de confiance avec le candidat. On gère quand même des millions d’euros », explique cette attachée territoriale qui a passé 25 ans au PS avant d’en claquer la porte pour suivre Mélenchon. Au bureau, entre midi et deux, et les week-ends, la militante passe son temps libre le nez dans les factures.

Les comptes s’annoncent serrés. Le Parti de gauche a emprunté 500 000 euros, le Parti communiste 600 000. Mais le budget de campagne de Mélenchon s’envole: « Les meetings attirent 10 000 participants, 2 fois plus qu’on ne le pensait ! ça coûte plus cher que prévu. Du coup, il nous faudrait 500 000 euros de dons. » Et les capitalistes sont d’un radin…

source: le canard enchainé

Partagez:

2 Commentaires sur “Financement de la campagne de Mélenchon”

  1. CHER dit :

    les français sont considérés comme râleurs et radins (R.E.R.)

  2. Gnommy dit :

    Ah ben c’est sur que face au ‘ meeting ‘ de not’ bon prez’ à 3 Millions d’euros, les sommes dont le FdG dispose sont… ridicules…
    Pour quel résultat…
    Je suis heureux de voir que les Français ne sont pas/plus/de moins en moins des boeufs hormonés à la mode ricaine, que les ‘ campagnes ‘ médiatiques à coups de stéréotypes d’un autre siècle ne leur font plus ‘ peur ‘.
    La stratégie du choc, appliquée trop violemment, trop souvent, ne prend plus.
    Il faut aussi remercier Internet, pour la source d’information qu’il représente, mais surtout les ‘ médias ‘ classiques, qui à force de se détourner ( volontairement ? ) des préoccupations des gens pour tenter de faire de l’audience en reportant les story-tellings médiatiques au lieu de faire de l’introspection politique quant aux ‘ propositions ‘ des candidats, de démontrer comment les ‘ promesses ‘ sont irréalistes, voire de les mettre en contradictions.
    Il y a un sondage, certes un peu biaisé quant à la quantité et quant à la durée, mais qui exprime bien comment les Français ne sont plus ‘ dupes ‘ des promesses, il est sur le monde et ‘ avance ‘ une explication de la popularité croissante de Méluche.
    http://sondages.blog.lemonde.fr/2012/03/15/les-ressorts-de-la-percee-de-jean-luc-melenchon/#xtor=RSS-3208
    Merci de ne pas sabrer le lien.