L’ assurance vie pointée du doigt par la Cour des comptes

La pointe du doigt le coût réel de l’ assurance vie pour les finances publiques par rapport aux bénéfices apportés.

Coût de l' assurance vie D’après la Cour des comptes, le coût réel de l’ assurance-vie pour les finances publique n’est pas mesurable. Bercy n’a pas réussi à produire des études permettant de chiffrer le coût de l’ assurance vie pour les finances publiques.

Selon la Cour des comptes, l’ assurance vie ne joue pas l’ intérêt national : les assureurs n’investissent que très peu dans les entreprises françaises ou dans la dette française. La Cour des comptes estime que le dispositif de l’ assurance-vie est « un certain échec de cette politique. Les entreprises françaises ne bénéficient pas ou peu« .

En effet, 65 % des obligations d’Etat présentes dans les contrats d’ assurance vie, ne sont pas des émissions françaises. L’Etat sponsorise, via un manque à gagner fiscal, l’ achat de dette étrangère, alors qu’il faudrait attirer les capitaux en France.

Pourtant, l’abondante épargne de l’ assurance vie ( 16% des revenus des Français) est une ressource rare, et un véritable atout dont dispose la France, et qui la distingue  de la plupart des pays de l’OCDE. Le taux d’épargne des Français est historiquement plus élevé. Ces 210 milliards d’euros d’épargne annuelle se répartissent pour moitié en épargne financière  et pour moitié en achats immobiliers.

La Cour des Comptes souhaiterait repenser le dispositif de l’assurance vie, pour ainsi permettre de privilégier la nationalisation de la dette.

source: marianne2.fr

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : ,

Les commentaires sont fermés.