L’ utopie des 3% de déficit

Ce n’est pas demain la veille que le public descendra au-dessous des 3% que François avait promis pour cette année.

L' utopie des 3% de déficitLe ministre de l’ Economie, Pierre Moscovici, a confirmé ce secret de Polichinelle, le 22 février, après la publication des prévisions de l’ UE, particulièrement sévères pour la France. Selon Bruxelles, le déficit public français sera de 3,7% en 2013. Et encore pire l’année prochaine: 3,9%. Mais, au fait, pourquoi s’accrocher à ces fameux 3% ?

Ce chiffre est capital, répond Karine Berger, secrétaire nationale du PS à l’économie et étoile montante de la commission des Finances de l’ Assemblée. « A 3% de déficit (…), la dette commence à rebaisser« , a-t-elle affirmé, le 13 février sur RTL. Une bêtise à faire dresser les cheveux sur la tête de n’importe quel étudiant en première année de sciences éco. Et la ? Lorsque le PIB n’augmente pas ( comme en 2012), le déficit public – qu’il soit inférieur ou supérieur à 3% – s’ajoute à l’endettement déjà existant et, donc, l’alourdit.

Guy Abeille, lui, rigole encore du fétichisme des 3%. Selon cet obscur vacataire du ministère des Finances des années 80, ce chiffre magique est « sans aucun contenu »: il a été calculé au pifomètre sur un coin de table pour calmer les ministres dépensiers du gouvernement Mauroy.

Le traité européen de stabilité budgétaire, ratifié en octobre par la France, évoque désormais un déficit « structurel » qui – CQFD – ne tient pas compte des « facteurs conjoncturels ». Et comment on chiffre le conjoncturel ?

Résultat, le déficit structurel français pour l’année 2011 a été évalué à 4,1% par la Commission européenne, mais seulement à 3,7% par Bercy et à 3,4% par le FMI. Soit, entre les évaluations extrêmes, une différence de 14 milliards ! Du coup, l’économiste Daniel Cohen réclame la création d' »une autorité indiscutable pour calculer le déficit structurel« .

C’est bien le moins, pour un chiffre censé être désormais la règle d’or de la France.

source: le canard enchainé

 

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

Les commentaires sont fermés.