La dette cachée de Bordeaux

dette de bordeauxLe montant de la dette de la ville de Bordeaux prend en compte la dette officielle ainsi que celle la communauté urbaine. Quel est le montant de l’ endettement de la ville de Bordeaux ?

La dette de Bordeaux représente 1549 euros par habitant ( dont 782 euros pour la ville de Bordeaux et 767 euros pour l’intercommunalité).

Le tram de Bordeaux et la rénovation du vieux Bordeaux digérés, la ville de Bordeaux a des marges de manoeuvre pour s’attaquer aux quartiers environnant la gare Saint-Jean.

source: Capital

 

Partagez:

2 Commentaires sur “La dette cachée de Bordeaux”

  1. atila2 dit :

    Plutot que de réduire encore les impots pour amélorer le quotidien des bordelais, et désendetter la ville, continuons a dépenser …………. y a encore de la marge par rapport a Lille.
    Je sais, c’est pas un exemple

  2. KIMPE Jacques dit :

    Je ne comprends pas pourquoi parler de « dette cachée ». Il est vrai que les règles de bonne gestion doivent conduire à consolider la dette de la collectivité avec celle de l’ensemble de ses satellites (dont les EPCI). Les EPCI a fortiori à fiscalité propre sont dotés de la personnalité juridique ne sont pas la collectivité. Pourquoi ne pas étendre alors aux départements et régions cette notion dépourvue de sens juridique et économique..
    Que l’on parle de « dette cachée » pour certains financements novateurs comme les PPP, par exemple peut se concevoir ( bien que la charge figure en annexe des documents budgétaires) mais pas en confondant consolidation et camouflage.
    En revanche considérer comme « dette cachée » les garanties d’emprunts serait plus réaliste et correspondrait à l’existence d’un risque potentiel.
    Je pense que le dossier « Consolidation » publié sur « Bercy.Colloc » peut éclairer le débat..
    En outre ces renseigements figurent toujours sur le même site ( en bas à droite) pour toutes les communes de France.
    Il me semble qu’il serait plus pertinent de consolider l’ensemble de la dette locale et de tenter de mesurer la dette potentielle au regard, notament, des garanties d’emprunts ou autres engagements à long terme dans le cadre de montages juridiques et financiers complexes (PPP, par exemple)
    J.KIMPE rédacteur en chef de la « Lettre des Finances locales »