Le chiffrage folklorique du programme de Sarkozy

a présenté son programme de campagne de 15 pages censé ramener le budget à l’ équilibre en 2016. Mais le chiffrage de Sarkozy est aussi clair qu’une conférence en sanskrit sur le calcul intégral.

Le chiffrage folklorique du programme de SarkozyIdée la plus fortiche du programme de Sarkozy: geler la contribution de la France au budget de l’ Europe ( voir Coût du programme de Sarkozy). Gain attendu: « 600 millions par an« , avait avancé Sarkozy, dans un accès de modestie. Car, dans ses propositions écrites, il anticipe un bénéfice bien plus faramineux: 3 milliards pour la seule année 2016. « 600 millions d’économies, c’est pour la 1ère année« , explique Sébastien Proto, cheville ouvrière du programme économique de Sarkozy. En 2013, ça rapportera 600 millions supplémentaires, soit 1,2 milliard, et ainsi de suite. »

En 2017, ce sera donc encore mieux: la France mettra 3,6 milliards de moins au pot, sachant qu’elle en verse actuellement 19 par an. En clair, ce cachottier de Sarkozy veut sabrer près de 20% de la somme réglée par la France à Bruxelles. Révolution ! Bonne chance à notre manieur de coupe-coupe quand il l’annoncera au prochain sommet de l’ Europe. Il faudra obtenir, au terme d’une négociation qui pourrait ne pas être très amicale, l’accord des partenaires européens. Mais Sarkozy fait comme si c’était réglé, comme s’il n’avait pas besoin de l’ Europe, comme si les milliards de la PAC ne comptaient pas…

Le président-candidat Sarkozy tient ainsi pour acquises un tas de mesures qui ne sont encore que de doux rêves.

Autre exemple: la taxe sur les transactions financières, qui n’est toujours pas votée par l’ Europe. Pas grave, cet incorrigible optimiste de Sarkozy compte, dans les nouvelles recettes, 3 milliards qu’elle rapportera – sûr et certain, en 2016.

Pour les collectivités locales, c’est encore plus drôle: alors qu’il n’a pas autorité sur elles, le futur président Sarkozy décidé, d’un claquement de doigts, qu’elles devraient économiser 2,5 milliards. Tout en recevant 4 milliards de moins de l’ Etat ! Soit 6,5 milliards dans la vue !

Pour parvenir à l’ équilibre budgétaire, saint-graal de la campagne, il ne reste plus qu’à gonfler quelques recettes et sous-estimer les .

Les exonérations de charges pour l’embauche d’un sénior ? Il en coûtera entre 504 et 882 millions par an, a estimé l’ Institut de l’entreprise, un repaire de patrons pas franchement gauchistes. Mais Sarkozy, lui, rabote la note à 400 millions.

Quant aux économies attendues dans l’ assurance-maladie, elles tiennent du miracle. Xavier Bertrand chiffrait à 670 millions celles réalisées sur le prix des médicaments en 2012. Une dose de vitamines plus tard, les voilà qui grimpent, sur le programme de Sarkozy, à 3 milliards… Un petit saut de 400%. Même pifomètre fatal pour les économies prévues à l’ hôpital ( 2,5 milliards) ou sur la lutte contre la fraude sociale, qui rapportera – puisqu’on vous le dit – 2 fois plus qu’avant.

Pour le , en durcissant les contrôles, Sarkozy mise au juger sur une économie de 1 milliard. Comme si les salauds de pauvres se jetaient sur cette aide. C’est tout le contraire: 1,7 million de ceux qui y ont droit ne l’ont pas encore réclamée ! S’ils se réveillent, il en coûtera au moins 5 milliards de plus à l’ Etat, a calculé le Comité national d’évaluation du RSA. Sûrement des partisans d’une France faible…

source: le canard enchainé

 

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

2 Commentaires sur “Le chiffrage folklorique du programme de Sarkozy”

  1. satelmarc dit :

    Comme d’habitude des paroles, des affirmations irréalistes, des gros mensonges, on sait déjà ce qu’il nous en coûte depuis 5 ans avec NS, qui en 2007 a berné des millions d’électeurs comme moi et qui depuis 2008 les a tous reperdus.
    Donc on verra au 2ème tour, s’il y est, mais au premier, ce sera la sanction.

  2. atila2 dit :

    5 ans de présidence folklorique a mis la France au niveau du Costa Concordia. Dehors les charlatans et autres escrocs, on vous a assez vu. la justice doit faire son travail.