Le fisc s’ attaque à Google

En recevant Eric Schmidt, le PDG de Google, le 29 octobre, François n’avait pas seulement l’intention de lui parler droits d’auteur et pillage de la presse par le moteur de recherche en position de quasi-monopole. Il voulait aussi lui parler fiscalité dans le calme d’un salon de l’ Elysée.

Google et le fiscC’est en effet près de 1 milliard d’euros que la Direction générale des impôts vient de réclamer par courrier recommandé au géant américain pour 4 exercices comptables. Lancée sous , l’enquête a porté sur les « prix de transfert » entre Google France et son holding irlandais. Grâce à une optimisation fiscale parfaitement maîtrisée, et au taux de l’ impôt sur les sociétés du côté de Dublin – à peine 15% -, Google ne paie quasiment aucun impôt sur les bénéfices qui sont réalisés en France. Un montage auquel ont aussi recours la plupart des américaines de l’ Internet, tels Microsoft ou Amazon, mais, cette fois, avec le Luxembourg.

A l’issue de la réunion, l’ Elysée a publié un communiqué fort urbain où il était précisé que, « pour le Président, le dialogue et la négociation entre partenaires ( la presse et Google) lui paraissaient la meilleure voie, mais que, si nécessaire, une loi pourrait intervenir sur cette question« .

Traduction en clair, si d’ici à la fin de l’année la négociation entre Google et les éditeurs de presse n’aboutit pas, Google sait déjà ce qui l’attend du point de vue fiscal: 1 milliard d’euros. Sinon, il y aura sans doute moyen de négocier.

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

1 Commentaire sur “Le fisc s’ attaque à Google”

  1. TRIVIDIC dit :

    Et bien moi contribuable française surchargée par les taxes prélèvements impôts et autres, je salue Google pour sa performance.

    Oui un grand merci (et chapeau bas) à Google, en un clic toutes les données..au bon endroit : DU BON TRAVAIL

    Nos gouvernants successifs ne sont pas au 1/10ème de cette performance, alors que ces omnubilés des taxes se mettent au travail… ENFIN aurait-on envie de leur dire.

    Ces politiques ? des « improductifs nés » point barre