Le gaspillage des zones franches urbaines

Les zones franches urbaines ne sont pas un franc succès, et pourtant, Maurice Leroy, ministre de la Ville, vient de donner son feu vert à la prolongation des zones franches urbaines ( ZFU) pour 3 ans.

coût des zones franches urbainesPour 2012, il est trop tard, mais on pourrait se passer pour les 2 années suivantes de cet allègement de charges à 500 millions d’euros par an aux entreprises qui s’installent dans les quartiers déshérités. Car ce dispositif est loin de « rétablir l’égalité des chances et l’ équité territoriale », comme le prétend le ministre.

Selon le rapport que lui a remis le député UMP Eric Raoult en juillet dernier, le n’a pas baissé dans les 100 zones concernées, le taux de survie à 5 ans des nouvelles entreprises n’est que de 23,7% et le coût par emploi créé s’étalerait entre 11 000 et 73 000 euros – autant dire que personne ne sait les dénombrer.

Les effets pervers, eux, sont patents : des entreprises déménagent, parfois de quelques dizaines de mètres, pour venir en zone franche urbaine et profiter des exonérations, sans effet sur l’ emploi ; d’autres s’y domicilient par une simple boîte aux lettres…

« Je suis dubitatif, conclut Gilbert Roger, ex-maire PS de Bondy et de sa zone franche urbaine, dans le 93, devenu sénateur en septembre. Trop d’entreprises bénéficient des exonérations sans jouer le jeu. » Mais les élus se sont battus pour faire reconduire la formule, par peur d’avoir l’air d’abandonner leurs quartiers. On dépense plus d’ 1 milliard d’euros pour sauver les apparences…

source: Capital

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes :

Les commentaires sont fermés.