Le Groupe Monplaisir doit 22,5 millions au fisc

Un groupe qui emploie 1482 salariés et réalise un chiffre d’affaires de 117 millions d’euros peut-il « oublier » de payer impôts et ? En principe, non. A la Martinique, c’est moins sûr. Comme le démontre la réussite d’un certain Yan Monplaisir, patron de l’ locale et médaille d’or de l’endettement.

Le Groupe Monplaisir doit 22,5 millions au fiscLeader de l’industrie hôtelière en Martinique, responsable d’une grande partie de la collecte et du recyclage des déchets, le Groupe Monplaisir est tranquillement assis sur 22,5 millions d’euros d’impayés. Entre le 23 août 2010 et le 22 janvier 2013, par exemple, la et les instituts de retraite ont présenté 36 ardoises à Sofinpar, qui chapeaute le pôle « environnement », pour un total de 1 442 392,29 euros. Et le Trésor s’est fendu de trois rappels de créance, s’élevant à 264 413,85 euros.

De Caraïbes Investissement à la Martiniquaise de villages vacances, 22 filiales du Groupe Monplaisir prospèrent ainsi. Tout en profitant par ailleurs des aides publiques de la Région, à gauche mais peu regardante, qui a accordé au Groupe Monplaisir 1,5 million d’euros en mai 2011, avec une touchante unanimité. Une curiosité bien connue des banques locales, puisque les dettes du secteur hôtelier martiniquais vis-à-vis des organismes sociaux avoisine les 40 millions d’euros.

Contacté par « Le Canard enchainé », Yan Monplaisir répond:  » Ce dont vous êtes le témoin aujourd’hui n’est ni plus ni moins qu’un épisode, la vie de notre île« . Convoquant ses ancêtres, « une famille exemplaire d’entrepreneurs de gens de couleur« , il invoque aussi la « situation dramatique » à laquelle le département est confronté, jurant que son groupe « assurera, comme il l’a toujours fait, l’intégralité de ses obligations« . La promesse est d’or, mais l’argent va aller se placer ailleurs.

Le 28 mars 2013, il a répondu à un appel d’offres pour la reprise de la concession du casino de Schoelcher. « Nous osons défier le système et l’ordre établi », claironne le PDG Yan Monplaisir. Défi hasardeux, car les revenus de l’établissement ont chuté de plus de 2,5 millions en 5 ans. Mais coup de dés savoureux, puisqu’il revient au ministère de l’ Intérieur et à Bercy de choisir le nouveau patron du casino. Le fisc espère être remboursé en jetons ?

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

1 Commentaire sur “Le Groupe Monplaisir doit 22,5 millions au fisc”

  1. Eric E.G. NOGARD dit :

    Criblé jusqu’à la Moelle.
    ====

    – Heureusement, pas de ça chez nous !
    – De gens qui trichent comme CAHUZAC ?
    – Et ! qui, en plus, avouent leurs méfaits.

    Alors tiens moi donc, et que je te tienne par la barbichette –Tiébé raid – Pa moli.

    *** *** ***

    Criblé jusqu’à la moelle des os, criblé de dettes, bien entendu.

    Et c’est le « Canard Enchaîné » qui le dit dans son édition du 10 Avril 2013.

    Sacré Canard qui nous apporte la preuve de ce que nous redoutions, même si nous le soupçonnions quand nous disions « La Tour, prends garde à toi ».

    Portée comme tu l’as été sur les fonts baptismaux, nommée comme tu l’as été quand « Tour Monplaisir » t’irait comme un gant… et nous sommes bien loin du compte.

    De même que le Canard doit l’être certainement, malgré ses sources d’information.

    En tout cas, 22 Millions et demi d’Euros d’impayés pour le Patron de l’U.M.P. Martinique, pour le « Je prends tout » de l’Entreprise Martiniquaise, pour le fils de Bonnes Familles, – ce qui n’est pas moins vrai – n’est-ce pas de l’indécence collective beaucoup plus qu’il n’y paraît.

    Mais n’arrive-t-il pas qu’un fils à papa soit ambitieux et pas à la hauteur de ses ambitions.

    Or, quoi de mieux que l’ambition et la dette pour vous rendre Corruptible, à la merci des autres plus finassiers que vous.

    Et c’est un tel bonhomme qui Patronne l’U.M.P. Martinique, quand le poulain de qui on sait le mène à la baguette : « Couché ou pas de Subvention ».

    Et, faute de subventions, un empire qui ne vaut plus un Clou.

    Des Pédégés à Responsabilité Illusoire.

    Et c’est ça la Martinique.

    De quelle droite, de quelle gauche peut-on être quand on est criblé de dettes jusqu’à la moelle des os.

    Il est vrai que 70% des Entreprises Martiniquaises dépendent du Répartiteur Local des Fonds Franco-Européens.

    De quelle autorité, de quelle moralité peut-on être et quelle confiance peut-on inspirer quand, pour peu que le vent tourne, vous êtes, tel un cul-de-jatte, réduit à traîner le cul par terre.

    Est-ce à cet U.M.P. des Tropiques que « Martinique Province Française » devrait s’adosser.

    Est-ce de ce Merry-go-round du Balisier que « Martinique Province Française » devrait s’inspirer.

    Un Balisier qui ne peut rien contre un Gros Malin protégé par une dette d’autant plus salvatrice qu’elle est énorme.

    Que la France ferme les robinets l’espace d’un week-end et Haïti peut acheter la Martinique en payant cash.

    Et c’est Marthély qui jouera les Chavez au Pays de Césaire.

    Voilà la véritable situation dans laquelle nous a mis le Nègre Fondamental : la Martinique est Hypothéquée au-delà de ce qu’elle vaut et plus on doit, plus on y est traité avec soin : la Nitro-Glycérine.

    Alors, fêtons Césaire, fêtons Castro, fêtons Chavez car jamais nous ne serons Chypres, jamais la Grèce, jamais le Portugal… l’Onè épi Respé au nombril du Sur-homme.

    Surtout, au large de nos côtes les Tatcher, les Merkel et l’Islande car, vivre dans la dette, et dans l’idolâtrie c’est Bon pour le Moral de Kilti Nou.

    Criblé jusqu’à la moelle,

    Rien de tel pou tiébé raid et pa moli.

    Éric E.G. NOGARD