Les secrets de l’ associé de Takieddine

Le juge Van Ruymbeke ne va pas manquer de sujets de conversation avec Abdul Rahman al-Assir, l’intermédiaire syrien et ancien associé de Takieddine, qu’il vient de retrouver à Genève.

Les secrets de l' associé de TakieddineLe juge Van Ruymbeke soupçonne l’ancien associé de Takieddine d’être le véritable organisateur du système de commissions sur les ventes d’armes dont quelques consistantes miettes auraient échoué sur les comptes de campagne de Balladur, avec l’aide de Ziad Takieddine.

Le juge Van Ruymbeke s’intéresse notamment à 13 millions de francs encaissés en liquide, fin avril 1995, par l’ équipe de Balladur. Cette somme, au caractère « litigieux et opaque », selon un rapport de la Division nationale des investigations financières ( Dnif), pourrait provenir du compte d’ Al-Assir. Après avoir transité par la banque SCS Alliance à Genève, un même montant avait été retiré par un prête-nom, qui l’aurait – suppose le juge – remis à Takieddine, lequel l’aurait rapatrié en France.

Détail troublant: le magot, retiré en francs français de la banque genevoise, devait impérativement, selon les instructions de l’ associé de Takieddine, être remis à son destinataire inconnu avant le 25 avril 1995, c’est à dire entre les 2 tours de l’ élection présidentielle. Devant le juge Van Ruymbeke, Takieddine avait juré tout ignorer de ces retraits. Al-Assir, lui, aura du mal à soutenir qu’il ne sait ni à qui ni pourquoi il a fait ce cadeau de 13 millions de francs.

Cela faisait plus de 2 ans que Van Ruymbeke recherchait Al-Assir ( voir L’ associé de Takieddine interrogé dans le cadre de l’ affaire Karachi), lequel, en compagnie de Takieddine, a engrangé plus de 80 millions de commissions, notamment sur les contrats « Agosta » ( vente de 3 sous-marins au Pakistan) et « Sawari II » ( 3 vedettes pour l’ Arabie Saoudite), signés en 1994.

Le 30 mai, le procureur suisse Jean-Bernard Schmid a inculpé Al-Assir pour blanchiment, et le parquet fédéral de Berne examine une demande d’extradition vers la France déposée par Van Ruymbeke. « L’ instruction sera longue étant donné l’ancienneté des faits« , a indiqué le procureur. Mais le juge français pourra venir interrogé l’associé de Takieddine en Suisse. Schmid assure qu’il y a peu de risques de le voir prendre la poudre d’escampette: « Visé par un mandat de recherche français, il se ferait incarcérer dès sa descente d’avion ».

Si l’associé de Takieddine est aussi bien surveillé que les mouvements de capitaux…

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes :

Les commentaires sont fermés.