Magouilles et financement des partis politiques

Les partis politiques usent de nombreux moyens détournés, et pourtant légaux, pour se financer.

Magouilles et financement des partis politiquesQui connaît l’ Urcid ? C’est un parti politique sans troupes. Personne, pas même ses fondateurs, candidats aux législatives, ne fait état de son investiture ou de son soutient. Née le 11 avril dernier, l’ Union des radicaux, centristes, indépendants et démocrates n’est qu’une pompe à fric, destinée à encaisser l’argent public.

Ce sont les radicaux de Jean-Louis , associés à des dissidents du Nouveau Centre ( Jean-Christophe Lagarde, François Sauvadet), qui l’ont créée tout spécialement pour le prochain quinquennat. Un judicieux calcul, plus financier que politique.

En effet, toute formation politique qui présente des candidats aux législatives dans au moins 50 circonscriptions de France métropolitaine touche 1,63 euro par voix obtenue, pendant 5 ans. Seule condition: que chacun des aspirants obtienne au moins 1% des voix. En 2007, l’enveloppe était de 30 millions d’euros. Lutte ouvrière ou le NPA présentent des centaines de candidats pour défendre, certes, leurs idées, mais aussi leur tiroir-caisse.

Une autre part de financement public, 40 millions d’euros en 2007, vient récompenser les partis qui comptent des députés. Elle est répartie au prorata du nombre de parlementaires se déclarant chaque année, de manière anonyme, inscrits à tel ou tel parti. Dépendant jusqu’ici de l’ UMP, le de Borloo pourra, grâce à l’ Urcid, gagner son autonomie financière.

source: le canard enchainé

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

Les commentaires sont fermés.