Où sont passées les commissions de Takieddine ?

Takieddine avait confirmé devant le juge Van Ruymbeke l’existence d’un réseau chiraquien ayant perçu 1,4 milliard de commission lors de la vente de 3 frégates à l’ Arabie, sous Balladur. Mais Takieddine vient de changer d’avis.

commissions de Takieddine Après son élection en 1995, Jacques Chirac avait bloqué ladite commission due au Réseau K de Ziad Takieddine, le soupçonnant d’avoir financé la campagne de Balladur. Depuis plusieurs semaines, Takieddine affirme qu’en fait de « blocage », « les commissions n’ont pas été arrêtées, elles ont pris une autre destination« . A savoir les proches de Chirac, de Dominique de Villepin et d’un de leurs proches, l’homme d’affaires Alexandre Djouhri.

Jacques-Yves Gourcuff, directeur général délégué, jusqu’en 2002, de la Sofresa, l’organisme public chargé de verser les commissions, avait conforté ces soupçons devant les enquêteurs de la DNIF ( Division nationale des investigations financières) le 23 septembre. Selon lui, en 1995, le nouveau patron de la Sofresa, Michel Mazens, à peine nommé par Chirac, avait « sur ordre supérieur », imposé une autre destination pour l’argent. Un réseau, nommé Bugshan, devait « récupérer les sommes » dues au Réseau K. Une affirmation d’autant plus surprenante qu’à l’époque du versement les socialistes étaient au pouvoir.

Mais, le 7 octobre, Gourcuff a changé de version.  » L’argent du Réseau K n’est finalement pas allé chez Bugshan, contrairement à ce que j’avais envisagé« , a-t-il déclaré aux enquêteurs. C’est une autre société – Issham -, appartenant, elle, au prince, ministre de la Défense saoudien, qui a encaissé les 210 millions d’euros. Cette somme représentant le solde de la commission due au prince, a encore « précisé » l’ex-numéro 2 de la Sofresa. Il a même refait les calculs devant les enquêteurs pour démontrer que le prince avait donc « touché l’argent qui lui était dû à l’origine, mais nullement l’argent destiné au Réseau K« .

Mais alors, où est passée la commission de Takieddine, près de 200 millions d’euros, qui lui était due pour son « travail » d’intermédiaire ? « Elle a été transférée sur le budget qui était en train d’être négocié » pour la vente de la 3ème frégate aux Saoudiens, expliquait Mazens aux enquêteurs, le 5 octobre. « Je pense que c’est exact », a approuvé sobrement Gourcuff, qui ne voit plus d »anomalie nulle part…

source: le canard enchainé

Partagez:

1 Commentaire sur “Où sont passées les commissions de Takieddine ?”

  1. Gnommy dit :

    Oué, pendant ce temps là, les ‘ financiers ‘ de l’ump sont bien planqués en suisse, quand ils ne ‘ bénéficient ‘ pas du paradis fiscal Français fait à leur mesure depuis 2007…

    Ah oui, j’oubliais :

    Quid des ‘ commissions ‘ sur les matériels vendus depuis 2000 à toutes les dictatures que l’on conchie maintenant ?
    Sachant que depuis 2000, toute ‘ commission ‘ est interdite…

    Allez, bonnes gens, dormez et abreuvez-vous de la stigmatisation que l’on vous fait de la paille dans l’oeil du ‘ concurrent ‘.