Pas de retraite pour l’ affaire Sarkozy Bettencourt

En pleine re-réforme des , l’ affaire -Bettencourt ne semble pas prendre la sienne puisque le nouveau retraité de la politique et la retraitée la plus riche de France semblent de plus en plus unis par les liens des versements de la complémentaire que Bettencourt aurait versée à Sarkozy.

Pas de retraite pour l' affaire Sarkozy BettencourtL’ enquête sur l’ affaire Bettencourt se rapproche de Nicolas Sarkozy. D’après le juge Jean-Michel Gentil, Sarkozy a bénéficié de l’ argent de Liliane Bettencourt, par le biais de Patrice de Maistre et Eric Woerth, pour le financement de sa campagne de 2007 ( voir La police a suspendu l’ enquête sur le financement de Sarkozy en 2007). De Maistre et Woerth sont mis en examen, et de Maistre est toujours en détention provisoire.

Le 17 janvier 2007, de Maistre fait retirer 50 000 de l’un des comptes Bettencourt par la comptable Claire Thibout. De Maistre avait voulu retirer 150 000 euros pour les donner à Eric Woerth, mais la comptable a refusé car le montant était trop élevé.

Le 18 janvier, Patrice de Maistre et Liliane Bettencourt se voient et de Maistre récupère l’enveloppe avec l’argent. Le 19 janvier, de Maistre rencontre Woerth dans un café, près du QG de campagne de Sarkozy, rue d’Enghien, à Paris.

Lorsque le juge demande à Eric Woerth, lors de son interrogatoire du 9 février: « Vous souvenez-vous de la station de métro ?« , Eric Woerth  répond « Non, je ne m’en souviens pas. » Le juge lui répond alors « Vous ne vous souvenez pas de la station de métro que vous avez emprunté tous les matins… »

Si ce rendez-vous entre de Maistre et Woerth apparaît bien dans l’agenda de Patrice de Maistre, il ne figure pas dans celui de Woerth. Mais Claire Thibout fait bien mention de ce rendez-vous dans son agenda à la date du 19 janvier 2007, avec la mention « Patrice et trésorier, rue des Poissonniers (…) sécurité. »

Woerth a déclaré au juge n’avoir jamais reçu d’enveloppe lors de ce rendez-vous avec de Maistre.

Selon la comptable, de Maistre s’est rendu à Genève le 30 janvier pour rencontrer l’avocat René Merkt, qui gère les comptes non déclarés du couple Bettencourt, et ainsi récupérer les 100 000 euros manquants.

Merkt a confirmé le rendez-vous au juge en déclarant que de Maistre avait réclamé des fonds et demandé qu’ils soient remis à Liliane Bettencourt.

Un coursier se rend chez Liliane Bettencourt le 5 février 2007 avec de Maistre. D’après les enquêteurs, c’est toujours de cette manière que les fonds étaient livrés.

Le 7 février 2007, de Maistre et Woerth se rencontrent à nouveau dans le même café, puis Woerth se rend directement au QG de campagne de Sarkozy pour une réunion avec l’équipe financière.

Le 8 février 2007, l’étude Merkt à Genève reçoit un virement de 560 000 euros sur un compte de Liliane Bettencourt. Le juge pense qu’une partie de cet argent a été donné à Eric Woerth pour le financement de la campagne de Sarkozy.

Le juge Gentil a déclaré « faire le lien avec plusieurs dépositions de témoins faisant état d’une visite de Nicolas Sarkozy au domicile de Liliane Bettencourt pendant la campagne présidentielle de 2007. »

Le juge doit désormais prouver que l’argent sorti en liquide en Suisse à servi au financement illégal de la campagne de Sarkozy en 2007 ( voir Financement illégal de la campagne de Sarkozy en 2007) et s’attache à trouver des indices, comme cet extrait d’un cahier tenu par l’écrivain François-Marie Banier, confident de Liliane Bettencourt, qui se plaint des exigences financières de Sarkozy. Le 26 avril 2007, 400 000 euros ont été retirés en Suisse et apportés aux Bettencourt.

Les témoignages des secrétaires et chauffeurs confirment que Sarkozy a rendu visite à Liliane Bettencourt durant la campagne électorale. L’étau se resserrer autour de Sarkozy dans l’ affaire Bettencourt

source: lemonde.fr

 

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : ,

1 Commentaire sur “Pas de retraite pour l’ affaire Sarkozy Bettencourt”

  1. atila2 dit :

    Reste a laissé la justice faire son travail, mais la, franchement ,j’ai des doutes. Et que risque Sarkozy pour ça ?????