Taxe sur les smartphones

Dans un rapport remis à François , Pierre Lescure préconise la suppression de l’ et la création d’une taxe sur les smartphones et tablettes pour financer la .

Taxe smartphonesActuellement, les salles de cinéma, chaînes de télévision, radios ou fournisseurs d’accès Internet, reversent un pourcentage de leurs recettes pour financer la création d’œuvres cinématographiques, audiovisuelles ou musicales. Apple, Google, ou Amazon ne sont pas soumis à cette contribution.

Le rapport de Pierre Lescure préconise donc de créer une taxe sur les smartphones et tablettes pour financer la Culture. Les ventes de smartphones, tablettes, ordinateurs, TV connectées, ou consoles seraient ainsi taxées entre 1% et 3%.

Le rapport Lescure se base sur le constat que les consommateurs dépensent près de 400 euros pour une tablette et 700 euros pour un smartphone, mais ne veulent pas dépenser 9 euros pour un album de musique sur les plateformes légales de téléchargement. Cette taxe sur les smartphones remplacerait la taxe pour copie privée, contestée par Bruxelles.

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a quant à elle confirmé la suppression de l’Hadopi, comme le préconise également le rapport Lescure ( voir Coût d’ Hadopi).

source: www.lecri.fr

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

2 Commentaires sur “Taxe sur les smartphones”

  1. atila2 dit :

    Taxons, Taxons taxons, c’est un pays de taxes, alors continuons. Quand on ne pourra plus rien payer, on licenciera, comme ca les majors n’auront plus rien. A traire la vache jusqu’au bout, il n’y aura bientot plus de lait pour personne.

  2. pastroy dit :

    nous sommes tous d’accord que piquer des œuvres à leurs créateurs (‘ mais surtout aux majors… ) sans la moindre rémunération c’est très vilain, mais pas certain que cela représente la majorité du flux… radios internet gratuites, youtube etc fournissent une manne inépuisable de contenus accessibles gratuitement.
    prélever un tout petit peu de cela pourrait aider à soutenir la création, non ?
    si on se concentre sur le flux plutôt que l’achat du smartphone, on touche aussi les ordis et spécifiquement ceux qui recherchent du contenu.