UMP et financement des syndicats

Les ont rejeté le rapport de la commission parlementaire d’enquête sur le financement des organisations professionnelles et syndicales.

UMP financement des syndicatsA la demande du gouvernement, les députés UMP se sont abstenus de voter le rapport de la commission parlementaire d’enquête sur le financement des organisations professionnelles et syndicales permettant ainsi d’enterrer ce rapport sur le financement des .

Seul le député UMP Arnaud Richard n’a pas tenu compte des consignes de vote du gouvernement et a voté pour le rapport sur le financement des syndicats.

Ce rapport sur le financement des syndicats proposait d’aller plus loin que la simple obligation de publication des comptes des syndicats, imposée par la loi, avec la certification et la publication des comptes des comités d’entreprises, et comptait notamment 70 pages sur le financement des syndicats d’ employeurs et 70 pages sur le financement des syndicats de salariés.

Pour quelles obscures raisons le gouvernement souhaite-t-il empêcher ce rapport sur le financement des syndicats ?

A en croire le président UMP de la commission Richard Mallié, les raisons seraient électorales : « Aujourd’hui, à quatre mois de la présidentielle et à deux mois de la fin de la législature, ce n’est pas la peine d’adopter un tel rapport« .

C’est la première fois dans l’histoire de la Chambre des députés qu’un rapport issu d’une commission d’enquête n’est pas adopté, et la transparence sur le financement des syndicats n’est toujours pas d’actualité.

source: www.lecri.fr

Partagez:

Voir aussi

Étiquettes : , ,

3 Commentaires sur “UMP et financement des syndicats”

  1. Gnommy dit :

    Mouahahahaha !
    Mais comment se fait-ce ?
    Quoi ça les Français ne doivent pas savoir qui finance réellement les syndicats ?
    Pourquoi sont-ils d’ailleurs, depuis 1981, aussi timorés ?
    Alors même que depuis 1973, tous les acquits sont régulièrement supprimés dans des ‘ réformes ‘ …
    De la même manière que les parti politiques ne devraient pas être financés par des subventions publiques, les syndicats ne devraient pas être financés par les patronat/partis politiques, et de quelque bords que ce soit…

    Vivement une 6 ème qui ne se foutra plus de laggle de la plèbe, et vivement une constitution européenne sociale, dans laquelle l’économie et la finance serviront l’humain, et non l’inverse.

  2. mumu93 dit :

    il ne faudrait pas oublier le plus important et le plus riche : celui d’ EDF

  3. Le Cerf dit :

    Sur la base d’informations vraies, l’article du Cri dénonce des choses qui, elles, sont fausses.

    Car s’il est vrai que les députés UMP sauf un se sont abstenus lors du vote, il est faux de dire que ces députés ont rejeté le rapport. Ce dernier n’a pu être publié du fait des votes CONTRE et uniquement cela.

    Ainsi, si l’auteur de l’article veut se placer sur le plan politique, l’honnêteté eut été de rappeler la règle qui veut qu’en cas d’égalité entre voix « contre » et voix « pour », les premières l’emportent, puis d’informer les lecteurs que les voix « contre » étaient celles du PS à égalité avec les voix « pour » du Centre et de l’UMP…

    Quel est donc le véritable propos de l’article ?